Vedette

[@t Simplement.Kiku with GSB & Co’]

Cela fait tellement longtemps que je n’ai pas écrit que je me demande par où commencer…. Les études ? Les articles ? Le boulot ? Les voyages ? Les « new in » ? Les nouvelles adresses ?

Que dire ? Que faire ?

Welcome back ?! Trop pompeux…

Allez, arrêtons là les discours sans fins et parlons « cuisine » avec la nouvelle adresse que j’ai découverte il y a peu dans le 9ème.

Once upon a time, une amie qui voulait fêter son anniversaire me demanda de chercher une adresse pour un déjeuner entre copines pas cher dans un cadre cosy et agréable. Autant dire « une aiguille dans une botte de foin » ! Paris regorge de ce genre de petites adresses, alors, où aller ? Après une semaine à éplucher mon bottin de bonnes adresses, je suis tombée sur LE bon plan : Simplement.Kiku. Un petit traiteur japonais qui propose une nourriture fine, saine et goûteuse dans un cadre épuré, zen et ludique nous rappelant les racines japonaises du chef, Kai Kyoichi. (de renommée internationale)

Une grande table en bois où inconnus et amis se retrouvent attablés ensemble pour savourer des gyozas (frits ou à la vapeur), des tempuras, des croquettes au potiron, du « multi-grain rice », du saumon mariné, du poulet fermier, des légumes croquants, un ganache au thé vert, une salade de fruits subtilement accompagnée d’un jus de citronnelle, une crème brûlée au thé vert,  une bière nippone ou encore un verre de saké pour celer les nouvelles amitiés. Bref, chez Simplement. Kiku, on ripaille en toute simplicité tout en riant à gorge déployée des copines qui ne maîtrisent pas encore l’art de la baguette !

Oh ! J’oubliais… Les plats nous sont servis dans ces jolis bentos empilés là devant vous… Cela change des assiettes blanches « type cantine » que j’ai pu voir chez certains traiteurs japonais dont je ne citerai pas le nom ici…

« Ouais, mais si on veut prendre à emporter ? »

Pas de problème, on vous réchauffe vos mets (si vous le souhaitez), on vous les dispose dans un joli bento et hop, c’est prêt ! By the way, n’oubliez pas de donner votre nom et votre numéro à la charmante serveuse afin qu’elle vous appelle pour rendre le bento au cas où, si comme moi, vous seriez un peu tête en l’air… !

Les menus varient entre 9 et 15.50 euros donc accessible à toutes les bourses.

Oups, l’adresse ! 54, rue Richer dans le 9ème. Ouvert du lundi au samedi de 11h30 à 22h30.

Bon appétit

Enjoy your meal

Bisous, bisous, GSB

 

Publicités
Vedette

@t GSB’s : « Elles reluquent mes chaussures, mes chaussettes et ma jupe… Et je les entends murmurer des drôles de mots comme p***… »

Après notre longue absence, nous avons reçu un accueil très chaleureux de votre part et nous vous en remercions même si nous n’avons pas encore eu le temps de répondre à tout vos mails… En commençant à les lire, nous sommes tombés sur le mail d’une de nos nouvelles lectrices qui me demandait pourquoi je ne postais jamais de photos de mes looks. Comme je ne suis pas du genre à répondre à la vas-vite, j’ai commencé à réfléchir à une réponse… et je suis arrivée à cette conclusion : J’aime la Mode mais pas plus d’une heure par jour.

Un peu contradictoire, n’est ce pas ? Pas vraiment, à vrai dire. Je ne suis pas le genre de nanas qui achète de manière compulsive parce qu’on lui dit que c’est ce qu’il faut porter cet hiver ou cet été.  Je ne suis pas non plus le genre de nanas qui analyse ELLE, VOGUE ou L’Officiel pour faire son shopping car la Mode, n’est pas vraiment une de mes préoccupations premières. J’aime en parler autour d’un mojito avec mes copines ou ici avec vous mais ça s’arrête là. Je me vois mal prendre du temps pour faire des shootings et des essayages alors que pendant ce temps, je pourrais être au milieu des vignes entrain de déguster les quelques doux plaisirs que nous offrent la vie… En ce qui concerne, mes sessions shopping, c’est un peu aléatoire et occasionnel. Je n’achète que rarement et quand j’achète, je n’achète que des choses pour lesquelles j’ai eu un réel coup de coeur car j’accorde une très grande valeur sentimentale à chaque pièce qui compose mon dressing. Que ce soit la petite robe à fleurs vintage que j’ai acheté 3 euros dans une braderie ou la paire de bottines à 200 euros pour laquelle j’ai fait des pieds et des mains… Pour moi, elles ont, toutes, la même valeur car elles racontent toutes à leurs manières un épisode de ma vie. Mon dressing, c’est plusieurs petits bouts de moi, rassemblés au gré de mon envie et de mon instinct, que j’emporte un peu partout…

Comme vous avez pu le constater, ma vision de la Mode est assez personnelle. Alors, comment pourrais vous embarquer dans une histoire qui n’est autre que la mienne ? N’essayons pas d’éclaircir le mystère et restons en à nos questions non existentielles, Mesdames et Mesdemoiselles.

Pour rester dans le thème, j’ai donc décidé de partager avec vous mes prémonitions concernant les hit de cet hiver… Encore une fois, j’ai planché sur les accessoires car c’est, selon moi, ce qui peut sauvez une tenue.

Le béret, une pièce oubliée de nos dressing que j’ai décidé de remettre au gout du jour depuis que l’on m’en a offert un le mois dernier. Pour la sélection, j’ai opté pour un modèle violet shoppé (sold out sur le site mais trouvable en magasin) chez H&M à un prix dérisoire que vous pourrez aisément mixer avec le foulard à imprimé cosmique (70% coton et 30% soie pour un confort optimal) COS et un manteau croisé vert émeraude un look rétro/modernePour celles qui n’oseront pas se laisser tenter par le béret, cet hiver, je vous propose l’option du headband en laine tressée pour protéger vos oreilles des rudes températures. De même, j’ai aussi craqué pour cette paire de gants zippées en cuir bordeaux trouvable. Un brin rock’n’roll, elles seront trouvées leur place dans votre dressing. Coté sacs, je vais me répéter mais le Max léopard de J.Dreyfuss me fait complètement tourner la tête… même si, j’avoue craquer aussi pour la besace G.Darel. Pratique et spacieuse, elle permettra à celles qui aime voyager, comme moi, de l’emporter partout afin de pouvoir transporter guides, bouteille d’eau, carnet de voyage, foulard and so on and so forth… Comme vous avez pu le constater à travers mes différents posts, je suis une aficionado des high heels mais parfois, je dois avouer qu’il est agréable d’enfiler ses baskets pour aller faire ses courses, pour voyager ou pour se promener le dimanche main dans la main avec sa moitié. Appartenant à la vieille école, j’ai opté pour cette paire de dunk issue de la collaboration entre APC et Nike.

Je referme donc sur ces bonnes paroles, le prêche d’aujourd’hui et je vous dis à bientôt, cher vous.

Bisous, bisous, GSB

Vedette

@t Notre Dame de Bellecombe, chapter III :  » Monsieur Sainte Nitouche, prend moi par la main, dis moi des mots d’Amour, des mots qui me touchent… »

Tuesday, 24th of July  « This french fella was as cute as Hell  »

Ce matin, en me réveillant, j’avais l’impression de tourner cette pub Orange qui est sorti il y a 5-6ans… Vous savez celle où on voit cette femme se réveiller seule dans son lit… Ouvrant les yeux, elle tombe sur un post it laissé sur ces chaussons puis en marchant dans l’appartement, elle trouve plusieurs autres mots laissés par son amoureux à des endroits stratégiques comme le frigo, ses toasts ou le miroir de la salle de bain…

 » Je suis dans la cuisine, je prépare le petit dej’. Rejoins moi quand tu es réveillée…
PS : Je sais que sans ça, tu es de mauvaise humeur… Mr N’ « 

Sur la table de nuit, ce matin là, m’attendait un verre de jus d’orange pressé sous lequel ce petit mot avait été glissé. Quelques mots couchés sur du papier qui à eux seuls suffirent à me faire rire aux éclats… Le genre de petits rires que vous ne pouvez empêcher quand votre chéri vous envoie un message comme « Hey Beauté, tu peux me passer le poivre, stp ?..  » alors que vous êtes face à lui…

Étouffant mes derniers éclats de rire en avalant mon verre de jus d’orange, je me décidais à le rejoindre… Mais une fois arrivée à la cuisine, rien… Étais-je victime de mon imagination ? Non… Des poêles dans l’évier, une bouteille de lait ouverte, le grille pain en position « on » et une odeur de bon pain qui envahissait petit à petit la cuisine à mesure que le pain grillait… Je fis le tour du chalet en l’appelant mais tout cela en vain… Je sortis sur la terrasse et là,  face à moi, dressé sur l’herbe m’attendait un petit déjeuner digne d’une reine… Des oeufs au plat, du jambon blanc aux herbes, des toasts beurrés, des croissants, des pains au chocolat, de la confiture de mûres, un Chaï tea latte et du jus d’orange fraîchement pressé. La vue n’était pas à négliger non plus. Je faisais face aux montagnes que j’avais, tantôt, tant critiqué et dont aujourd’hui, je ne pouvais me soustraire à la contemplation. Je m’assis sans trop réfléchir où je pouvais, encore abasourdie par ce qui se passait.. Je ne savais plus à quel saint me vouer… Derrière moi, un bruit de pas… je me retournai puis je le vis tenant un verre remplie d’une substance que de loin, je n’arrivais pas encore à identifier… De l’eau pétillante ? Il s’approcha et me le tendit… Une aspirine. « Comment pouvait il savoir que j’avais besoin d’une aspirine ? » me suis-je dit.  Les hommes sont pleins de surprises et j’en ai eu la preuve aujourd’hui… Ne les sous estimons pas… Encore un mystère non élucidée à rajouter sur ma liste.. Enfin, pour le moment car des choses plus importantes m’attendent… A table !

Des baisers ensoleillés, GSB

Vedette

@t GSB’s : « T’enflamme pas p******, tu sais moi, j’te trouve vraiment classe »

La chaleur nous accable, c’est une chose mais ce n’est tout de même pas une raison pour oublier la rentrée et son shopping. Je sais, on est en vacances, les pieds dans l’eau ou à la terrasse en train de siroter un mojito ou une pina colada mais quand même ! Vu que je suis une nana plutôt sympa dans le fond, je vais vous montrer le résultat de mes petites recherches… De la fourrure, de la couleur, des imprimés, des talons, du plat, des basiques et de la laine… On appuie sur START, on mixe à grande vitesse et on obtient la sélection A/F 2012 de GSB. Ne vous inquiétez pas, pour ceux qui n’ont pas suivi la recette, on vous la refait version ralentie et détaillée…

MANTEAUX

Premier commandement « La fourrure, tu porteras… »

Cet hiver, misons sur la fourrure car elle nous mettra à l’abri du froid et du fashion malus. Casual ou habillée, tout les looks lui vont. De plus, contrairement à ce que l’on pense, on peut en trouver à des prix très abordables dans les friperies (Guerrisol, Fripstar ou Chez Chiffons pour les plus gros budgets), brocantes ou chez Emmaus, plus rarement. Pour éviter le côté too much, on opte pour des accessoires aux couleurs douces (borsalino et foulard CDC, voir ci dessouset on donne un coup de punch à notre tenue avec un sac à imprimé animalier comme le Jamily python moutarde by Abaco.

Deuxième commandement  » Ton trench, tu noueras cet hiver… »

Chaque hiver, le trench revient mais à chaque hiver sa couleur. Cette année, Comptoir des Cotonniers a opté pour le marron à mon grand plaisir. Pour donner à ce vieux trench une allure plus casual et rock’n’roll, je propose de le mixer avec des accessoires à imprimé comme le foulard COS à imprimé cosmique présent ci dessous et les gants en cuir zippés de la même marque. Pour le sac, j’ai choisi le Max léopard de Jérôme Dreyfuss. Mon « petit chouchou ». Pratique, grand et vitaminé.

ACCESSOIRES

De gauche à droite :  Borsalino en laine feutrée, foulard by Comptoir des Cotonniers, Jamily python jaune by Abaco, Max léopard by Jérôme Dreyfuss, Gants en cuir zippés et foulard cosmique by COS.

CHAUSSURES

De gauche à droite : Bottines by BEAU COOPS, Moon boots by Anniel, Bottines by Kron by Kronkron, Bowie by Underground, Bottines by Acne et Sheepskin Tramper by Minnetonka.

Si il est agréable de craner en talons, il est parfois aussi agréable de chausser nos boots plates et rembourrées pour reposer nos pieds d’une nuit qui s’est trop prolongée… Montmartre-Montparnasse ? Never ever again ! Bref, pour cet hiver, j’ai craqué sur les Moon Boots léopard Anniel et les Sheepskin Tramper Minnetonka pour pouvoir assurer lors de mes séjours à la montagne et pour la ville, j’ai décidé d’alterner fantaisie et classique. Les BEAU COOPS et les Acne sont des bottines que l’on peut porter avec tout, tous les jours tandis que les Kron by Kronkron sont vraiment des bottines que j’ai choisi pour apporter un brin de fantaisie à un chino ou à une robe unie. C’est un peu l’accessoire qui change une tenue du tout au tout… Les Bowie, elles, sont là pour montrer que chez GSB on n’a pas froid aux yeux… et pour preuve, on assume notre excentricité jusqu’au bout des orteils avec ces Creepers pointues qui il me semble défraieront la chronique cet hiver.

En espérant qu’aucun ingrédient n’a été oublié, on vous souhaite un bon shopping et on se retrouve demain pour le chapitre II de notre épopée à Notre Dame de Bellecombe. Pour ceux qui aurait sauté le chapitre I, c’est par ici

Des baisers,  GSB

Vedette

@t Notre Dame de Bellecombe, chapter I : « Sea, sex and sun…toi, petite, tu es la dy-na-mite »

Cette année, j’ai décidé de boycotter les plages pour me rendre dans un village d’Haute Savoie perdu dans les montagnes… Pour l’occasion, j’ai troqué mes échasses contre une bonne paire de running shoes et quelques paires de nus pieds. Oubliez le boulot, les emmerdes, les prises de tête inutiles et mettez votre téléphone en mode « Avion ». Dressing minimaliste, odeurs de sapins et d’herbes fraichement coupées qui vous enivrent à peine le panneau « Bienvenue en Haute Savoie » franchi. Notre Dame de Bellecombe est un village où l’espace d’une semaine, on s’oublie bien volontiers en admirant les magnifiques vues que nous offrent les montagnes…

Monday, 23th of July  « Heads will roll, heads will roll, head will roll »

Les voyages en voiture… Quand on ne connait personne en général, ça donne ça ………….Silence radio. Enfin, c’est que je pensais avant d’embarquer. Branchés tantôt sur Nova, tantôt sur l’Ipod, nos doigts claquaient et nos têtes se secouaient d’elles même au rythme de Tellier, Gainsbourg, Radiohead, Discodéine, Cassius, Daft Punk, Sexy Sushi, Metronomy, New OrderCrystal Castles and so on and so forth. Après 6h30 de route et de visites d’air d’autoroute parfois loufoques, nous arrivons enfin à destination… «Bienvenue à Notre Dame de Bellecombe»... Une fois, le panneau franchi nous nous transformons en vrais stratèges pour élaborer notre plan d’attaque. Napoléon aurait été fier de nous.. Premier arrêt à la boulangerie du coin, la Boulangerie Fayolle (meilleur ouvrier de France) pour récupérer du bon pain bien frais puis pour finir direction le Gourmet Savoyard (sous l’office du tourisme) pour faire le plein de produits de la région (jambon blanc et saucisson aux herbes, Beaufort, terrine de campagne, œufs, bouteille de cidre brut et beurre moulé).

Une fois chargés des denrées nécessaire à notre survie, nous rembarquons pour quelques virages supplémentaires où j’ai bien cru que j’y laisserai mon maigre petit déjeuner et mes bâtonnets de Berger. Bref une fois la tempête passée, nous arrivons sains et sauf au chalet. On forme une file indienne puis on décharge, on décharge, on décharge…. 10mn plus tard, on déchargeait encore… Oui, on était un peu chargé en fait. On s’installe dans nos chambres, on défait nos valises puis on sort le petit truc qui nous fait nous sentir en vacances… les espadrilles. Rayées, bleues, blanches ou kaki, il y en a pour tout les goûts.

Chaussée confortablement, nous montons à toute vitesse dans la cuisine pour nous concocter un repas à la bonne franquette : Œufs au plat, Beaufort, jambon fumé et terrine de campagne, toasts beurrés, cidre et vin blanc… Une fois notre pitance engloutie, je m’installe sur la terrasse pour digérer tout en continuant à siroter mon verre de cidre. Là, en admirant la vue, me vient une révélation…

Le régime d’été, un concept foireux

 Pourquoi ? Partout, que ce soit dans les magazines, à la télé ou sur Internet, on nous dit qu’il faut maigrir. Alors, on fait quoi ? On se met au régime stricte pour perdre le plus de poids avant de partir afin d’avoir un corps de déesse dans notre bikini Princesse Tam.tam. Mais le problème, c’est qu’une fois sur place, au bout de quelques heures ou pour les plus tenaces, au bout de quelques jours, en mangeant notre énième tranche de saucisson aux herbes, on sort à notre boyfriend qui nous regarde du coin de l’oeil  » Quoi ? C’est bon, on est vacances, il faut se faire plaisir ! ». Si, vous,vous vous faites plaisir, lui, ne pense qu’à une chose… à la migraine qu’il aura quand vous le tannerez à propos des kilos que vous avez pris ! Les régimes d’été, c’est du vent selon moi. Si on fait attention à ne pas manger trop de choses trop grasses ou trop sucrées tout au long de l’année, il n’y a pas besoin de faire ce type de régime. Du sport, une nourriture équilibrée et une petite tisane de temps en temps pour se purifier de l’intérieur, c’est tout ce qu’il faut pour avoir un corps de déesse à la plage et sous la couette…

Le régime d’été , c’est comme le régime ananas : l’effet boomerang. On perd du poids, on en reprend plus puis on refait un régime. C’est un cercle vicieux so what’s the point ?

Allez, je vous laisse réfléchir à cette question non-existentielle, j’ai un raclé à mettre au Trivial Pursuit !

Des baisers ensoleillés, GSB

Vedette

@t Saint Malo, chapter II : « Qu’elles se jettent sur moi et qu’elles s’arrachent ma vertu… »

Friday, 22nd of June  » Paroles, paroles, paroles « 

Au quotidien, mes discussions favorites sont celles que j’ai avec Mr N’ la veille d’un départ… Assis autour de la table ronde, tels Arthur et ses preux chevaliers, nous commençons à nous éloigner de la réalité en énumérant les choses que l’on fera une fois sur place… « A Saint Malo, on fera des piques niques sur la plage, des ballades nocturnes le long des remparts et le lendemain, on prendra le bus de 8 h en direction de Mont Saint Michel pour aller déjeuner à la Mère Poulard puis on fera ci et ça… » Or, comme nous le savons tous, certaines promesses sont tenues tandis que les autres viennent inéluctablement mourir dans le creux de notre oreille. La nuit précédente, je me mis dans la peau d’un aède pour conter de manière animée mon premier périple à Saint Malo lorsque je n’avais que 16 ans…« Les vagues courraient sur le sable tels des chevaux lâchés au galop… » Blabla, blabli… Sous le coup de la fatigue, nous tombâmes réciproquement dans les bras de Morphée. Le lendemain à l’aube, nous étions debout et prêt à affronter le jungle qu’est le métro pour parcourir les quelques stations qui nous séparait de la Gare Montparnasse. Arrivée à Saint Malo, 3h plus tard, nous visitâmes, festoyâmes puis nous nous couchâmes légèrement alcoolisés après avoir célébrer dignement sur la jetée nos deux ans. Le lendemain, toutes les promesses que nous étions faites autour de cette table avaient été oubliées dans la trousse de toilette restée à Paris. Réveil à 14h, première clope, douche, nouvelles puis direction la place centrale pour un déjeuner très tardif dans une petite crêperie que nous avions repéré la veille. A la terrasse du Biniou, nous sommes chaleureusement accueillis puis placés. Au menu, pas de plats trop sophistiqués. Des viandes (bavette avec une sauce à l’échalote, pavé avec une sauce au poivre…) , du poisson (saumon à la crème et aux petits légumes, au curry…), des crêpes, des galettes, des moules (marinière, au curry ou gratinées), des omelettes ou des salades. Une cuisine simple et des plats bien exécutés proposée à des prix raisonnables.

N’ayant pas eu l’occasion de manger d’omelettes depuis un moment, je me laisse donc tenter par une omelette aux pommes de terre et aux lardons suivi d’une crêpe beurre sucre accompagnée d’une bolée de cidre doux et d’une boule de glace à la vanille. Pour moi, la meilleure crêpe est la beurre sucre. Pas la Nutella banane, ni la Nutella beurre. Non, la beurre sucre. Simple et subtile à la fois. Le gout du beurre demi sel allié à celui du sucre qui sous l’effet de la chaleur crée un caramel onctueux qui ravie les papilles des petits et des grands. Côté boisson, nous optons tous les deux pour une bière bretonne fruitée dont le nom imprononçable nous échappe encore une fois. Pas de vin le midi, c’est la politique de la maison.

Après le déjeuner/diner, nous décidons de nous balader pour digérer un peu… En réussissant à glaner des informations à gauche à droite auprès des commerçants, nous nous apprenons que la Fête de la Musique a lieu ce soir. Aux quatre coins de la forteresse seront organisés des concerts proposant tout styles de musique : rock, hard rock, pop, brit pop, ska, traditionnel, etc. Une programmation chargée et variée dont nous avons pu avoir un aperçu en écoutant les répétitions, en plein air, des divers groupes « à la mode ». Des noms à rallonge, des mèches, du khôl sous les yeux, un répertoire de reprises toute aussi étonnantes les unes que les autres et un sentiment de « déjà vu » et de « déjà entendu » qui nous rend nostalgique du temps, où, les groupes se faisaient connaitre en créant et en interprétant leurs propres chansons au lieu de pomper leurs aînés… Ah, nostalgie, quand tu nous tiens.

Nous revenons à l’hôtel pour nous changer car la nuit risque d’être longue… Écharpes, veste en jean et veste militaire, nous voila prêt à chanter à tue tête toute la nuit les tubes des groupes qui ont marqué notre enfance. En arrivant sur LA place de la ville, non loin de l’église, nous assistons aux  » 1, 2… 1,2… » d’un groupe de brit pop dont je ne me souviens plus du nom tellement il était long. Répertoire perso, look bobo et au premier rang, groupies hypnotisées buvant littéralement les paroles du chanteur à la voix écorchée non loin de se jeter dans cette foule prête à lui arracher sa vertu… A la fin de leur passage, je fus replongée dans mon adolescence où des groupes comme BB Brunes ou Naast défrayaient la chronique et fendaient la foule sur leur passage comme Moise avec la Mer Rouge. Slims, vestes cintrées, clope au bec, Zizi vernies, ‘tiags, vinyles de Gainsbourg, de Lennon ou de Bowie… C’était la génération BB Rockeur.

Je me rappelle de la dégaine que j’avais à cette époque. J’arpentais les rayons du Noir Kennedy, du April 77 et des friperies telles que Fripstar, Guerrisol, Kiliwatch ou la Caverne vintage à Abbesses à la recherche de perles rares qui viendront compléter mon look savamment négligé… Slims, Converse éventrées, derbies, vestes militaires ou vestes cintrées, sac aux couleurs de l’Ecosse ou sac arborant la célèbre langue, pins des Sex Pistols, de Marilyn M. ou des Beatles. Bref, c’était il y a longtemps tout ça…

Je regrette de n’avoir pas pu chanter et entendre les titres qui ont fait mon adolescence… Life on mars, Tainted Love, L’eau à la bouche, Lady Héroïne ou Mr Tambourine Man… But, anyway, that’s life…

Sur ces « bons » souvenirs, je vous laisse, bisous, bisous, GSB

Vedette

@t Saint Malo, chapter I : the Arrival

Les voyages en couple sont toujours, selon moi, presque toujours synonyme d’engueulades. Pourquoi ? C’est tout simple… Il existe un monde entre notre conception des vacances et celles de nos hommes. Eux, font les réservations la veille et leurs bagages le jour même; tandis que nous, nous prenons le temps de tout bien organiser en avance afin que le JOUR J nous n’ayons plus qu’à nous installer dans la voiture, le train ou l’avion sans avoir besoin de courir partout en demandant ” Tu n’aurais pas vu mon maillot par hasard ? Et mon polo bleu ? ” .

Bref, revenons en à nos moutons… Cette fois avec Mr N’, nous avons décidé de nous rendre à Saint Malo pour profiter du charme moyenâgeux de cette ville forteresse. Vent frais, air marin, crêpes et cidre bretons, petite cocotte de Saint Jacques poêlées à la bretonne, liqueurs aux noms désopilants, petits plaisirs au beurre salé, rues pavées et soirée lovey dovey, enrobés dans un plaid, sur la jetée où les bulles finissaient de chatouiller nos ventres déjà bien gonflés…

Thursday, 21st of June 

Après un trajet sans encombre, nous arrivâmes à Saint Malo où nous prîmes un taxi qui nous mena aux Abers***, un petit hôtel familial situé intra muros où nous avons été accueillis chaleureusement par Yannick et Sutiah, les propriétaires des lieux. Etant un peu perdu au début, nous demandâmes à Yannick de nous informer sur les activités dans et autour de Saint Malo. Quelques minutes après, nous montions dans notre chambre donnant sur la rue. Nous entrâmes, nous posâmes nos valises puis nous délectâmes du bruit de la mer située non loin de là en nous allongeant de notre long sur notre lit King Size… Nous n’avions pas la vue sur la mer mais rien que le fait de l’entendre s’écraser au loin sur les rochers , nous ravissait. Nous n’avions pas besoin de la voir pour l’imaginer, il nous suffisait de l’entendre…

Au bout d’une heure, nous décidâmes alors de sortir pour visiter un peu la ville… Mais avant cela, nous réservâmes une table au  » Le Javanais « , le restaurant de l’hôtel, où Sutiah même officie en tant que chef. Nous nous baladâmes près de l’église puis vers la place centrale et nous nous dirigeâmes à l’oreille vers les remparts où le vent nous balayait pour admirer le coucher de soleil. Une fois la nuit tombée, nous décidâmes de rentrer à l’hôtel pour mettre les pieds sous la table car nos estomacs commençaient à crier famine après une journée de jeune.

Le Javanais

Il faut savoir que la cuisine javanaise est une cuisine copieuse et conviviale  alors si vous voulez avoir a real taste of it  prenez plusieurs plats de la carte qui partagerez par la suite. Nous étions deux mais la faim nous rappelant à l’ordre, nous eûmes l’estomac plus gros que le ventre en commandant :

Entrées

Le lumpia (un rouleau de printemps à l’indonésienne) servi avec une sauce aux tomates et aux oignons

Le lumi lumi bawang putih (du calmar à l’ail)

Plats 

Le « boeuf aux quarante épices », conseillé par Yannick : Rendang Padang. Un plat épicé mais seulement légèrement relevé. Les gens font souvent un amalgame entre « épicé » et « relevé » alors que tout ce qui est épicé n’est pas forcement pimenté. C’est une erreur…

Le saté au poulet (de fines brochettes de poulet) servi avec une sauce pimentée et une sauce à base de cacahuète.

…en accompagnement…

Le nasi goreng, un riz sauté aux légumes et au poulet très parfumé ainsi que le mie goreng, des pâtes fraiches sautées aux légumes.

Desserts

Des glaces artisanales au Garam Masala, à la noix de coco et au tamarin (un parfum très difficile à trouver sur Paris) accompagnées de tranches d’ananas frais et sucré.

Le Javanais offre une cuisine familiale et exotique pour partager entre amis ou à deux un moment agréable dans un cadre atypique. Qui pensait pouvoir manger indonésien en allant Saint Malo ? C’est l’adresse à tester lors d’un week end là bas si vous souhaitez être dépaysés. Après un tel festin, nous nous levâmes de table puis nous décidâmes de faire une petite balade digestive bien méritée le long des remparts…

Assis sur un rocher, emmitouflés dans un plaid, nous ouvrons une bouteille de champagne rosé pour célébrer nos deux ans et le début de notre séjour en admirant les vagues s’écraser sur les murs de la forteresse…

Bisous, bisous, GSB

Vedette

[@t GSB’s : S’il te plait, ne sois pas farou-che quand me vient l’eau à la Bouche…]

Depuis que je connais Mr N‘, j’ai du changer deux trois parfums sans qu’il ne le remarque jamais mais, étrangement, aujourd’hui en me parfumant simplement avec une eau de Cologne à la violette chinée durant les soldes; celui m’a gentiment dit au détour d’une phrase sans queue ni tête :  » J’aime beaucoup ton parfum… »

Une phrase anodine, vous vous direz, mais qui pour moi, sonna comme une révélation.

Pourquoi dépensez des fortunes dans un parfum, que l’on ne portera qu’un été, quand on peut tout simplement se parfumer avec une eau de Cologne ?

C’est une chose à laquelle on pense rarement car elle a longtemps souffert de préjugés mais aujourd’hui, avec la gamme proposée par Berdoues, on apprend à la redécouvrir et à l’apprécier. Des huiles essentielles, des odeurs légères et fruitées renfermées dans une fiole aux allures vintage qui invite au voyage…

Que demander de plus, mes chères ? Et bien, peut être, de se faire servir à la bouteille.

On choisit la taille, son eau puis la vendeuse ouvre une vanne qui libère votre parfum dans son flacon. Sympa, non ? Moi, j’ai tout de suite adhéré à ce concept qui vous offre une grande possibilité de choix. De plus, l’emballage étant réutilisable, vous n’aurez plus qu’à retourner au point de vente pour refaire le plein une fois à sec !

Mon conseil : Pour un cadeau, achetez 6 petites fioles de 50ml que vous placerez dans un casier à bouteille de lait vintage où vous aurez, au préalable, placé un peu de paille pour le côté champêtre et léger. 

J’ai, personnellement, craqué pour celle à la violette qui me rappelle Insolence de Guerlain

Au doux prix de 10euros pour un flacon raisonnable, on peut se faire plaisir en prenant plusieurs…

Je vous laisse, bisous, bisous, GSB

Vedette

In @ Bed with GSB : Je voulais un Homme Parfait mais…

Je ne sais pas si les autres femmes savent ce qu’elles veulent mais moi, c’est certain, je n’en sais fichtrement rien.

A vrai dire, je ne me suis jamais vraiment posée la question avant… Je vis au jour le jour et je peux changer d’avis ou de voie en un seul claquement de doigts. J’ai une politique : mieux vaut vivre sa vie en assumant les conséquences de choix parfois désastreux que de vivre sa vie en se demandant à quoi elle aurait pu ressembler si on avait eu le courage de faire des choix différents. Vivre, pour moi, c’est ça. Ce n’est pas une fois que j’aurai fait le “grand voyage” que je pourrais réaliser mes rêves. Enfin, si je parle de tout ça, c’est pour en revenir au même point… je ne sais toujours pas ce que j’attends d’une relation. Chaque relation a un parfum particulier donc il m’est impossible de les comparer pour vous dire ce que je retiendrais d’une ou que je ne retiendrais pas de l’autre. Mon avis est qu’il ne faut rien attendre d’une relation. Il faut simplement espérer que les choses se passent le mieux possible et s’en donner les moyens sans pourtant se forcer à faire des choses qui sont contraire à notre personnalité ou à notre bien être. Les attentes sont souvent ce qui nous fait passer à côté d’une histoire. Il ne faut pas attendre quelque chose de quelqu’un car s’il ne vous le donne pas vous serez déçu et après moult déceptions, vous vous détournerez de lui. Soyez patiente (mais trop non plus) et prenez ce que l’on a à vous offrir… C’est la chose que j’ai appris avec le temps.

Bien évidement, comme toutes les femmes, j’ai l’image de l’Homme Parfait en tête. Grand, brun, les yeux clairs, drôle, cultivé, à l’écoute, très beau, simple, curieux, passionné de tout, ouvert au dialogue, aimant les voyages, l’Art, la cuisine, le cinéma, ayant des goûts musicaux éclectiques, possédant un château fort et une calèche tirée par des chevaux blancs ailés qui m’emmèneront aux quatre coins du Monde… On peut rêver, non ?!

Bref, j’ai rencontré un jour l‘Homme Parfait… Et bien, figurez vous que j’ai été grandement déçu. Il était l’Homme Parfait que je m’imaginais mais quelque chose clochait… Vous savez le mauvais pressentiment que l’on a au réveil quand notre homme nous apporte les croissants, le Chai tea latte et le jus d’orange pressé… Vous voyez le truc ? Je vous le donne en mille ! Belle Maman vient dîner à la maison… Revenant à nos moutons. Si je devais comparer mon expérience avec cette homme avec quelque chose de familier, je dirais que c’était un Sunday sans caramel ni noisette… Pour résumer, sans grand intérêt. Vous trouverez peut être étrange ma comparaison mais pour moi, l’Homme Parfait c’est l’alliance d’une mystérieuse glace à la vanille dont personne ne connaît la recette avec la douceur d’un caramel onctueux et le croquant de noisettes concassées que l’on aura préalablement fait grillées. Du mystère, de la douceur, du caractère et des rebondissements, c’est tout ce que j’aime dans un plat et tout ce que j’aime chez homme. Le Sunday, si il est bien équilibré peut être délicieux mais si on a la main trop lourde sur le caramel, il devient vite écœurant et on s’en lasse..Tout est une question de dosage même en Amour…

La combinaison des trois ingrédients font  du Sunday Caramel, une glace pas comme les autres. Enlevée lui son nappage ou ses noisettes et elle ne sera plus qu’un cornet de glace à la vanille qu’on vous sert chez Mac Do’. Du givré, sans saveur.

Après cette expérience, j’aurais pu me décourager mais j’ai décidé de persévérer et j’ai donc rencontré un autre homme. Il ne correspondait pas du tout à l’image du Prince Charmant que je m’étais faite mais étrangement, ça ne m’a pas dérangé. Il n’était pas brun mais roux. Pas franchement adroit ni porté sur la Mode mais il avait une gueule. Pas une gueule à la Johnny Depp ou à la Jordi Molla… Non, il avait un visage d’une beauté peu commune comme on peut en trouver dans les vieux films noirs. Un mec comme on n’en fait plus qui transforme tout ce qu’il a entre les mains en or. Mixer ? Il sait faire. Vous dessiner ? Il sait faire aussi. Vous faire une sculpture ? Attendez, vous le prenez pour qui mon mec ? Bien sur, qu’il sait le faire ! Photo, cuisine, bricolage, moniteur de ski, prof’ de tennis, prof’ de dessin, technicien… Bref, il sait tout faire sauf la vaisselle parce que là, il préfère faire confiance à la technologie en appuyant sur START. Le travail n’est jamais mieux fait que par les autres à ce qu’il paraît… Ça se saurait si c’était le contraire, n’est ce pas, les filles ?

Bien évidement, la vie ne peut pas nous offrir tout ce que l’on souhaite sur un plateau d’argent. Mon prince charmant n’a ni château ni chevaux ailés pouvant m’emmener au Bahamas ou en Argentine quand je le souhaite et il ne peut pas non plus m’offrir le dressing de mes rêves; mais il a quelque chose que le Prince Charmant de Cendrillon ou de Blanche Neige n’a pas… Vous voulez savoir ce que c’est ? Et bien, c’est ce pouvoir de rendre les choses désagréables, agréables. Quelques mots de sa part et toutes vos peurs et vos soucis s’envolent… Ça c’est de la magie. Alors, si pour ça, je dois sacrifier quelques robes Elie Saab et deux-trois paires de Ferragamo, je suis prête à le faire. Donnez moi les ciseaux et ouvrez le sac.

Au bout de ma longue tirade, j’en reviens au même point. Je ne sais pas toujours pas ce que j’attends d’une relation… Ou peut être que je n’attends plus rien depuis longtemps ? Non, je n’ai rien à demander car tout m’a déjà été donné…
Quand on pose cette question aux gens, en règle général, ils ont tendance à diriger leurs regards sur le Sunday d’à côté en s’imaginant que les noisettes y seront plus craquantes ou que le caramel y sera plus onctueux; mais ne vous êtes vous jamais dit que ceci n’était peut être qu’une illusion qui avait pour but de vous faire réaliser à quel point votre Sunday pouvait être unique en son genre.

GSB

 

Vedette

@t Big Fernand, with GSB : Des burgers qui swinguassent !

Soyons bref.
Depuis le début de l’année, siège au 55, rue Faubourg Poissonnière, le Big Fernand. Un autoproclamé atelier du burger tenue par une joyeuse bande de lurons composée de beaux gosses tout aussi moustachus les uns que les autres et arborant fièrement tabliers et chemises de bûcheron pour notre plus grand plaisir… Ne vous trompez pas sur mes intentions, j’y suis belle et bien allée pour déguster leurs fameux burgers dont on me fait l’éloge passionnée depuis quelques mois et non pas pour tomber en admiration devant ces bellâtres !

Folie DIY ou burgers à la carte, fromages fermiers, tomates séchées, oignons confits, légumes grillés, poitrine fumée, succulentes Fernandines, laits homemade (noix de macadamia ou chocolat/cookie), limonade, jus 100% naturels et desserts frais en accord avec la saison. Bref, pour résumer, le Big Fernand  nous fait saliver… Et ça, c’est une bonne nouvelle quand on n’habite qu’à quelques rues…

Mes coups du coeur : Le Big Fernand (Boeuf [charolaise ou blonde d’Aquitaine], tomme de Savoie, tomates séchées, persil plat, sauce Tata Fernande : sauce cocktail «Maison»), le Bartholomé (Boeuf [charolaise ou blonde d’Aquitaine], fromage à raclette, poitrine fumée, oignons confits, ciboulette, sauce BB Fernand : sauce barbecue «Maison»), le Philibert (Poulet [préparation «Maison»], St-Nectaire fermier, poivrons grillés, estragon, sauce Tonton Fernand : sauce délicatement sucrée), le jus 100% naturel et le lait à la noix de macadamia.
A deux, on s’en sort avec une addition peu salée qui évitera à Monsieur de grincer des dents toute la nuit en repensant à l’addition… Little Formule (Burgers, Fernandines et boisson) : 14 à 16 euros avec – 1 euro à emporter et Big Formule (Burgers, Fernandines, boisson et dessert)16 à 18 euros avec – 1 euro à emporter.
Pour le reste, je vous laisse aller le découvre par vous même sur place… Moi, j’attends impatiemment 12h !
Bien à vous, bisous, bisous, GSB
Vedette

[@t GSB’s : Les voyages forment la jeunesse…]

Étrangement, quand je prépare mes bagages, ce qui me prend le plus de temps, c’est de réunir mes produits de beauté…  Gommage, auto bronzant, huile solaire, eau de toilette, soin pour les cheveux, masque, hydratant, équilibrant, etc.

Pour éviter de me faire avoir comme l’été dernier, cette année, j’ai décidé de m’y prendre à l’avance afin de récolter tous les conseils de mon entourage pour passer des vacances zen…

Let’s go, girls !

Hydrater…

Visage (conseil de la vendeuse)

Pour le visage, j’opte toujours pour Aésop, une marque qui offre des produits naturels, aux odeurs, je dois l’avouer, parfois étranges mais qui n’enlèvent rien à leurs efficacités  ! Mes produits fétiches sont la crème nettoyante purifiante qui efface les traces de maquillage et de pollution pour préparer la peau à une hydratation intense avec l’huile fabuleuse. Bon, je craque aussi pour leur spray hydratation immédiate à la rose avec lequel on peut se balader et se vaporiser le visage tout au long de la journée.

Corps (conseil de ma maman)

Pour le corps, pas de chichi, pas de chacha. Je reste fidèle à mon beurre de cacao ou à mon huile/gel enrichie en vitamine E et aloe vera. 100% naturel !

Cheveux (conseil de mes soeurs)

Mes cheveux ont tendance à souffrir d’anémie et de dessèchement donc avant de me coucher, j’applique de l’huile de ricin pour les nourrir et les fortifier.

Pieds (conseils de mon papa)

Rien de mieux que les crèmes Neutrogena pour donner un peu d’affection et de douceur à vos pieds… Pensez à prendre une pierre ponce pour éliminer les peaux mortes !

Exfolier…

Corps (conseil d’esthéticienne) 

Je choisis le gommage doux BIO à l’aloe vera de chez Yves Rocher pour gommer régulièrement ma peau afin de faire perdurer mon bronzage.

Protéger sa peau…

Il y a tellement de crèmes et d’huiles que l’on ne sait jamais quoi acheter… Perso, mes huiles solaires n’ont pas un indice très élevé.. En général, 10 ou 20, pas plus donc je choisis souvent les huiles Bergasol pour leurs odeurs vitaminées ou les huiles pailletées Comptoir Sud Pacifique qui transforme n’importe quelle nana en naïade…

Se parfumer…

Deux choix : Pour le soir, l’eau de toilette « Rose Jardin Délice » de l’Occitane avec ses notes fruitées (framboises) et florales (rose). Et pour la journée, l’eau parfumante au Monoï shoppée chez Yves Rocher car sa composition sans alcool évite les traces de brulure sur le corps. Pratique, non ?!

Bon et bien, je pense que je n’ai rien oublié… J’espère que ma liste de course vous donnera des idées ! Sur ce, je vous laisse, les magasins m’attendent… Bisous, bisous, GSB

Vedette

[@t GSB’s : Quand 40x50x15cm de tissu devinrent un it-bag]

Une journée qui débute comme les autres. J’allume mon ordinateur, j’ouvre ma boite mails et je commence à lire vos mails. Je réponds à certains puis je me mets à lire les autres (Sandro, Maje, ventes presses, Chloé, Lov’, etc)…  Au bout de quelques minutes de lecture, je tombe sur un mail d‘Ebay qui me fait la promotion de certains articles susceptibles de m’intéresser. Bottes ASH, Sac Chloé, Robe Maje, Jupe Sandro et… Cabas en toile The Kooples !

… Je ne suis pas sure d’avoir bien compris donc je vais rembobiner… Bottes ASH, Sac Chloé, Robe Maje, Jupe Sandro et si, cabas en toile The Kooples ! Est ce une blague ? Après vérifications, il apparaît que non… Comment un sac que l’on donne pour emporter ses achats peut devenir un it-bag ? J’ai mené l’enquête, figurez vous…

Il semblerait que le problème soit plus grave que l’on ne le pense… Ce cabas n’est pas seulement celui que l’on réutilise pour aller faire ses lessives ou ses courses, il est devenu un réel « it-bag ». C’est à dire « the one you have to get as soon as possible in your dressing ». Humm, humm…

Comment je le sais ? Il suffit de taper « Cabas The Kooples » dans votre moteur de recherche pour voir le nombre de blogueuses qui arborent fièrement leurs cabas « griffés » ou bien mieux, le nombre d’annonces sur le Bon Coin qui propose ce cabas gratuit à des prix défiants toute logique ! Vous connaissez, sans doute, le système de l’offre et de la demande. Si il y a demande, il y a offre. Donc personne ne pourra tromper personne en disant qu’il achète son cabas gratuit sur Ebay pour faire son marché !

Plus sérieusement, j’ai demandé un peu autour de moi… Il semblerait que porter un cabas The Kooples vous donnerait un certain panache car il vous différencierait des autres dans le sens où cela montrerait que vous êtes « in » et que pouvez vous offrir des vêtements à ce prix. Je reste dubitative sur ce point mais je pense qu’il y a quand même une part de vraie…

Exemple, vous  ne vous êtes pas réveillée à l’heure, vous courrez partout chez vous, vous perdez du temps, vous claquez la porte. Résultat des courses, vous êtes à l’arrache… mais… vous avez pensé à prendre votre cabas The Kooples. Inconsciemment, vous pensez que les gens seront plus cléments avec vous en voyant votre cabas.

Pourquoi ? Parce qu’ils se diront qu’une nana qui se fournit chez The Kooples s’habillent forcement bien en règle générale et donc que le faux pas d’aujourd’hui n’était du qu’à un manque de temps. C’est un peu le même système qu’une nana qui s’est habillée à l’arrache mais qui a pris avec elle son sac Celine. On aura beau remarqué qu’elle s’est habillée n’importe comment, notre attention sera toute de suite redirigée vers son sac.

J’appelle ça « la technique du beau sac qui sauve les meubles ». Que nenni mes chères, ne pensez pas qu’ils seront plus cléments. Au contraire, ils seront plus cruelles… A vouloir tromper les gens avec un aussi gros subterfuge, on récolte la tempête.

Mais, en même temps, je propose à celui ou celle qui ne l’a jamais fait de jeter la première pierre à ces filles. Du monde dans l’assemblée ?

Allez, je vous laisse plancher sur cette question non-existentielle et je cours à la douche ! Rendez vous, oblige…

Bisous, bisous, GSB

Vedette

[@t GSB’s : Rencontre en toute simplicité sur la ligne 12]

Hier matin, je saute du lit, j’allume la bouilloire, je prends ma douche puis je cours en serviette jusqu’à mon dressing pour choisir ma tenue en express parce que, comme d’hab’, j’ai préféré prolonger ma nuit de quelques minutes… Veste en sequin ? Déjà mise… Jupe froufrou ? Humm, Nathalie a acheté la même… (Direction Vestiaire Collective) Robe patchwork ? Déjà mise aussi… Panne vestimentaire ?! Aie, aie, aie, l’heure tourne… J’ai rendez vous avec Mr M’…

Bon, c’est décidé, je mise sur la simplicité :

Robe bleu klein COS,

Bracelet APC

et bottines Maison Martin Margiela 22.

Mon astuce : Shopper les bottines lors de ventes presses.

Hop, hop, habillée, j’avale un ptit truc en vitesse, je claque la porte et je descends les marches deux par deux. Je prends la ligne 12, les stations défilent et une femme approchant la trentaine entre dans la rame. Jupe taille haute, coupe droite en jean, avec  un chemisier patchwork Prestic Ouiston et les sandales sanglées Michael Kors (coming soon…).

En un mot « Wahou » !

Bref, on regarde les tenues de chacune (réflexe féminin), on se sourit puis on retourne à nos occupations. Arrivée à ma station, je descends et j’entends quelqu’un m’appeler. Je me retourne et c’était encore elle. Elle me tend un objet en souriant et devant mon air interrogateur, elle me dit : « Vous avez fait tomber votre marque page ». En l’observant, je me rends compte que c’est en effet le mien et gênée, je la remercie en la gratifiant  à mon tour d’un sourire.

Je ne sais comment nous nous sommes retrouvées à discuter de voyages, de cuisine et de restaurants assises sur le quai, regardant les métros passés. Au bout d’un moment, l’heure n’était plus au vouvoiement mais au tutoiement car sans savoir pourquoi nous avions l’impression de nous connaitre depuis des années…

Sans m’y attendre, elle commença à  me complimenter sur ma tenue en me disant qu’elle appréciait la simplicité avec laquelle j’abordai la Mode. Je la remerciai et je lui répondis avec sincérité que j’ai subi une « panne de dressing » ce matin. Elle accueillit ma réponse avec un sourire puis se mit à rire aux éclats.

Comme moi, elle était souvent victime de ces pannes… Donc, en voyant que j’étais pareille, elle se sentait rassurée et moins seule dans son « malheur ». En discutant avec elle, j’ai compris une chose : on peut porter tous les sequins, les dentelles et les imprimés que l’on voudra; mais la femme est la plus belle quand elle quitte tous ses apparats pour se vêtir de la plus simple de ses robes. 

Au bout d’une heure et demie, je sentis mon portable vibré dans mon sac et voyant que le numéro de Mr M’  s’affichait, je me suis soudainement souvenue que j’avais rendez vous ! Zut !

Je lui dis que je devais partir, on échangea nos numéros puis je me mis à courir à travers les couloirs du métro… Une fois arrivée à mon rendez vous, je racontai ma drôle de rencontre à mon ami et quand il me demanda son prénom, je restais sans voix. J’avais oublié de lui demander…

J’enregistrai donc son numéro au nom de  » La femme du métro » en espérant qu’on se reverra bientôt.

Bisous, bisous, GSB 

Vedette

[On @ bed with GSB : Good Bye Charlotte!]

« En amour, nous faisons tous de nos partenaires des prestidigitateurs… », GSB

On ne sait jamais de quoi peut être fait demain. Un jour, on aime et le lendemain en ouvrant les yeux, on réalise que l’amour que l’on ressentait pour la personne qui partageait notre vie a disparu. C’est mon histoire. Une histoire semblable à celle de tant d’autres personnes car cela fait tout simplement parti des aléas de la vie.

Après l’avoir quitté, j’ai traversé une longue période de célibat où j’enchainais les histoires mais sans succès car je continuais à penser à cette personne que je pensais ne plus aimer.

M’étais je trompée en le quittant ou tentais je, en renouant avec le passé, de masquer maladroitement le désespoir que je ressentais face à ma vie amoureuse chaotique; derrière la nostalgie d’une relation à laquelle j’avais moi-même décidé de mettre un terme?

A l’époque, je n’en savais rien car j’étais perdue dans les méandres des relations sans queue ni tête. Je n’en voyais plus la fin, j’étais désespérée. Les histoires s’enchainaient mais l’Amour n’était pas là. Alors, en réfléchissant un soir, je me suis demandée si je n’avais pas commis une erreur en quittant cet homme car depuis il m’était impossible de refaire ma vie.

Le premier rendez vous, après trois mois d’éloignement, avait un subtil goût de charlotte aux framboises. Proust dans A la recherche du temps perdu raconte comment une simple madeleine a été le vecteur du déclenchement de ses souvenirs et comment celle-ci lui a permis de revivre une scène son passé remplie d’émotions. En revoyant cette personne, j’ai senti le parfum de la charlotte qui m’enivrait. Dans ses yeux, je pouvais revoir les moments heureux que nous avions partagé et c’est peut être cet échange de regards qui a réussi à recréer la confusion dans mon esprit.Sentiments profonds ou profond désespoir ? Il fallait que j’en ai le cœur net alors pour me conforter ou me déconforter dans mon idée, j’ai décidé après mûre réflexion de répondre à ses messages et d’accepter de le revoir. Etait ce l’homme de ma vie ou l’homme auquel je me raccrochais pour ne pas sombrer dans le fatalisme le plus profond ?

Agréablement interloquée après nos retrouvailles, j’ai décidé de le revoir, de temps en temps, pour discuter et peut être à long terme renouer une relation. Au deuxième rendez vous, les choses se passèrent bien mais contrairement au premier, le goût était différent. Le goût des framboises et de la crème bavaroise avaient disparu au profit d’un goût aigre-doux teinté par les vieilles rancunes du passé et les restes de sentiments. Plus on se revoyait et plus la magie disparaissait…

Mais la magie avait elle existé un jour ? J’en doute.

En amour, nous faisons tous de nos partenaires des prestidigitateurs car malgré nous, nous les idéalisons en oubliant souvent que ce ne sont que des êtres humains dotés d’atouts mais aussi de faiblesses. En se jetant de la poudre de perlin pinpin, on est souvent déçu par la réalité. Il n’y a pas de magie, il y a juste une osmose entre deux personnes qui s’attirent inéluctablement. Placez deux aimants face à face et ils s’attireront mais placez les dos à dos et là, plus rien ne sera possible. L’osmose comme toute chose peut avoir une fin même si dans les meilleurs moments, on pense que ça ne s’arrêtera jamais. Je ne dis pas qu’il faut être fataliste, je dis tout simplement qu’il faut aimer notre moitié pour ce qu’elle est et non pas pour ceux qu’on pense qu’elle est ou ce que nous aimerions qu’elle soit. On s’accroche à une image et à un passé rassurant pour ne pas affronter seul, la difficulté d’un présent.

L’amour avait existé un jour entre nous mais aujourd’hui, il n’était plus là. La page était tournée et étrangement, je pouvais enfin voir le futur. Un futur sans lui mais où le bonheur serait toujours présent…C’est en réalisant que j’avais longuement idéalisé cet homme que j’ai pu me libérer de l’emprise du passé. Je ne regrette pas de l’avoir revu car j’ai pu apprendre à observer la personne qui partage ma vie avec un regard différent et plus objectif. Cette expérience me permet de vous dire avec confiance aujourd’hui que dans le futur, je ne commettrais plus l’erreur de m’accrocher au passé. Face à lui, je n’étais plus la fille éperdument amoureuse mais tout simplement moi et ceci m’a permis de comprendre que le passé appartenait au passé et qu’il n’avait par conséquent, plus rien à faire dans le présent.

Erreur ou désespoir? Je dirais erreur de jeunesse qui m’a beaucoup appris ne serait ce que sur les relations hommes/femmes mais aussi sur moi-même car je peux dire aujourd’hui, sans trop m’avancer, que j’ai grandi et que j’ai acquis une force. Une force qui me permet de me relever à chaque chute et qui me permet d’affronter chaque jour avec courage. Après avoir tourné le problème dans tout les sens, je me demande si finalement on peut encore appeler une « erreur », un évènement duquel on a tiré des leçons ? Et vous qu’en pensez vous ?

GSB

 

Vedette

[On @ bed with GSB : Ne dis jamais non…]

«… je ne comprenais pas vraiment le lien entre le fait qu’il est troqué son parfum Allure contre celui d’Heineken et le fait que nous pussions être des despotes. »

Les hommes sont incapables de dire « non » à leur moitié et pour cause, il paraitrait qu’on ne leur laisse pas vraiment le choix… Êtes-vous d’accord avec ces propos, Mesdames ? Moi, je reste dubitative. Sommes-nous de vrais despotes ou sont-ils tout simplement lâches ?

C’est la question que je me suis posée aujourd’hui.

Hier soir en rentrant, mon ami commença à me raconter sa soirée avec l’un de ses amis quand il aborda le sujet qui fâche en disant : « Vous, les femmes, vous êtes de vraies despotes à qui on ne peut jamais dire non ». En réponse, je lui ai demandé de développer car je ne comprenais pas vraiment le lien entre le fait qu’il est troqué son parfum Allure contre celui d’Heineken et le fait que nous pussions être des despotes. A cela, il m’a répondu qu’au court de la soirée son ami avait reçu un appel de sa moitié lui demandant s’il était libre ce soir. Etant occupé avec son ami, il lui répondit par la négative mais celle-ci insistant, lui demanda s’il était libre le lendemain. Pour éviter de froisser la jeune fille à qui il venait tout juste de dire non, il répondit par l’affirmative alors qu’avant l’appel, il disait justement à son ami qu’il avait grandement besoin de repos et qu’il comptait par conséquent prendre un jour de congé le lendemain.

Victime de la susceptibilité féminine ou victime de sa propre lâcheté ? Telle est la question. Je pense que chaque partie mérite un malus. Pourquoi ? Parce que dans un couple, il faut être deux pour entretenir le vice.

Je commencerai par m’adresser aux hommes en leur disant que répondre « oui » pour éviter le conflit n’est pas une solution car en faisant cela, vous soutirez le vice au lieu de résoudre le problème. Les femmes ont une logique différente de la votre et pour elles, celle-ci fait office de « vérité absolu ». Par conséquent, si elles vous posent une question à laquelle elles attendent une réponse affirmative et que vous leur donnez une réponse négative, faites très attention aux mots que vous emploierez. Un simple « Non » ne fait pas parti de l’éventail des réponses possibles quand elles vous posent une question autre que « Tu veux du fromage ? ». Et encore, attention aux plus susceptibles d’entre nous, si vous oubliez le « merci » derrière… Pour dire « non » à une femme, il ne suffit pas de prononcer le mot magique, il faut aussi lui énumérer les raisons de votre refus. Cela peut paraître un peu solennel ou cérémonial mais c’est le seul moyen à ma connaissance de vous préserver du conflit que vous redoutez tant… Nous pouvons comprendre que vous refusiez quelque chose mais dans ce cas là, expliquez nous clairement pourquoi au lieu de nous répondre par un « non » sommaire.

Et maintenant, je m’adresserai aux femmes. Vous savez que je partage vos sentiments car je suis moi-même une femme avec sa sensibilité. Mais, aujourd’hui, je dois avouer que nous avons aussi notre part de torts dans cette histoire. Je ne suis pas parfaite et je ne pense pas qu’il existe une femme parfaite ou un homme parfait mais une chose est sûre, c’est qu’on peut tenter de s’améliorer en commençant par admettre ses fautes.

Comme je le disais plus tôt, les hommes et les femmes ont une logique différente. Contrairement à nous, la plupart des hommes acceptent un simple « non » quand ils nous posent une question. Du « Je suis au Cocci’. Tu veux que je te prenne des bonbons ? » au « Ca te dit qu’on aille diner chez ma mère ? ». Heureusement pour moi, je n’ai aucun problème avec ma belle mère mais je sais que certaines grincent des dents à la simple énonciation de cette question.

Pour en revenir à l’affaire qui nous intéresse, Mesdames, ce que j’aimerai vous dire c’est que nous devrions lâcher un peu de leste. S’ils se plient bien volontiers à notre cérémonial, nous pourrions faire un petit effort, de temps en temps, en leur concédant le droit de nous répondre par un simple « non ». Ce n’est pas la mère à voir ! Vous, les hommes, vous l’aurez bien compris, il faudra vous exercer à faire preuve de rhétorique de temps en temps car « Oui » ou « Non » ne sont pas des réponses recevables pour toutes les questions dans le langage féminin. Dommage…

Selon moi, il n’y a pas de despotes. Il y a juste des êtres qui fonctionnent selon une logique qui leur est propre. Le message à retenir est qu’il faut savoir accepter la différence de l’autre et trouver des terrains d’entente en faisant quelques compromis.

 GSB

Vedette

[@t GSB’s kitchen : Lassi’s time]

Aujourd’hui, j’ai décidé de remettre mon tablier pour présenter UNE recette auquel je suis devenue carrément AD-DICT : le lassi.

J’en consomme tous les jours et en emporte dans mon mug Starbuck chaque matin pour affronter la jungle parisienne!

Le « lassi » est une boisson indienne à base de yaourt que l’on peut consommer sucrée, salée, épicée ou nature. Les variantes les plus connues du public sont la rose, la mangue ou la banane car ce sont celles que l’on trouve le plus souvent dans les restaurants indiens. Mais contrairement à ce que nous pensons, le « lassi » est une boisson déclinable à l’infini, donc, c’est pour cela que j’ai décidé de vous proposer une sélection des recettes que je préfère…

LASSI à la vanille de Madagascar

pour 4 personnes…

° 2 yaourts Velouté ° Un verre de lait entier ° 3 CS de sucre (ou plus si vous le souhaitez) ° Une gousse de vanille ° Une cuillère à soupe de graines de pavot ° Quelques glaçons (facultatif)

° Coupez la gousse en deux, récupérez les graines et placez les dans le lait chaud avec la gousse. Laissez infusez dix minutes hors du feu.

° Une fois le lait infusé, retirez la gousse et placez le lait dans le bol de votre mixer avec les deux yaourts, le sucre, les graines de pavot et les glaçons. Mixez jusqu’à ce que le mélange soit homogène puis placez en chambre froide jusqu’au moment de servir.

 Déguster bien frais tout au long de la journée…

Mon astuce : Vous pouvez remplacer les yaourts Velouté par des yaourts 0% pour celles qui souhaitent garder la ligne et rajouter un peu d’eau si vous trouvez le mélange trop épais à votre gout. 

LASSI à la framboise et l’amande 

pour 4 personnes…

° 2 yaourts Velouté ° Un verre de lait d’amande ° 3 CS de sucre (ou plus si vous le souhaitez) ° 250g de framboises (pas trop acides) ° Quelques glaçons (facultatif)

° Lavez méticuleusement les framboises puis placez tous les ingrédients dans le bol de votre blender. Mixez, filtrez les graines et placez en chambre froide jusqu’au moment de servir.

 Mon astuce : Pour un côté plus frais, je rajoute quelques feuilles de menthe fraîche.

LASSI à la cerise 

pour 4 personnes…

° 2 yaourts Velouté ° Un verre de lait d’amande ° 3 CS de sucre (ou plus si vous le souhaitez) ° 300g de cerises dénoyautées (pas trop acides) ° Quelques glaçons (facultatif)

° Lavez méticuleusement les cerises puis dénoyauter les. Placez les avec tous les ingrédients dans le bol de votre blender. Mixez, filtrez et placez en chambre froide jusqu’au moment de servir.

En espérant que cette sélection vous a mis l’eau à la bouche, je vous laisse…

Besos, GSB

Vedette

[@t GSB’s : Quand Swedish Hasbeen devint « In » ]

La réputation de Swedish Hasbeen n’est plus à faire, alors aujourd’hui, je me contenterai juste de vous parler des modèles qui selon moi défraieront la chronique durant cette période estivale…

A plat ou perchées sur vos talons, leurs clogs tiendront leur promesse de confort et de qualité. Pratiques, élégantes et facilement associables à vos tenues de tous les jours, vous pourrez les emporter dans votre valise pour être « B-in » cet été.

*  B-in : être in

SPORT WEDGE

Vous voulez emporter des derbies cette été mais vous n’aimez pas que vos pieds soient étouffés ?

Optez pour les Sport Wedge.

Un talon compensé ni trop ni trop bas, des lacets pour le côté sport et les ouvertures qui laissent entrevoir votre vernis acidulé. Une touche de d’élégance dans ce monde de brutes…

MARGOT

Ces chaussures me rappellent étrangement les ballerines à talons que ma prof’ de danse portait quand j’étais plus jeune et pour cause, ils se sont largement inspirés de ces ballerines pour créer les Margot.

Un subtil mélange entre la ballerine de danse et les mocassins à talons de la coquette Marie Antoinette.

Sur vos 7 cm de talons, vous sentirez comme dans vos pantoufles… à l’aise..

FLAT BEACH SANDAL

Dites « Welcome back » aux spartiates !

A la fois spartiates et des derbies, on ne serait donner un nom à cette création « Made in Sweden ».

Swedish Hasbeen tenterait il de créer un nouveau genre avec leur Flat Beach Sandal ?

SADDEL SHOE

J’aime leur allure de « dandy à la plage » mixée avec le côté « kitch » des chaussures de bowling.

De plus, leur couleur menthe s’inscrit totalement dans la tendance que je décrivais dans mon article « GSB fait sa valise… ».

Si France Gall ne pouvait se passer de sucette à l’anis, nous, nous ne pourrons pas nous passer de menthe à l’eau avec ces derbies.

BRAIDED SKY HIGH

Un modèle, une référence pour la plupart d’entre nous depuis plusieurs étés déja.

Voila, c’est fini pour aujourd’hui.

En espérant que cette sélection vous a fait autant baver que moi, je vous laisse…

Besos, GSB

Vedette

[Mad @bout Marion Vidal’s S/S Collection 2012]

Je l’ai dis et redis plusieurs fois, ici, je ne suis pas une fan de bijoux car je les trouve trop lourd, trop encombrant ou trop voyant. Au quotidien, je ne porte qu’un bracelet coeur Very Sister qui m’a été offert par mon ami et une chaîne en argent avec le portrait de Jésus qui me donne une allure rock malgré moi…

Vous l’aurez bien compris, les bijoux et moi, ça fait deux !

Or, depuis que j’ai découvert le travail de Marion Vidal, les bijoux et moi, ne font plus qu’un. Étrange, n’est ce pas ? A vrai dire, je ne sais pas ce qui m’arrive… Une simplicité qui cache une grande complexité. Voila ce qui m’a probablement charmé dans ses créations. Dans tous les cas, je ne saurai vous en dire plus…

COLLIERS & SAUTOIRS

Sautoir Bouche Long

 Collier Adélaïde

Collier Goutte

 Collier Adélaïde

Collier Grand Plastron

Collier Coeuraline

BRACELET

Bracelet Manchette II

Pour plus d’informations, vous pouvez aller consulter…
… sa page Facebook : https://www.facebook.com/pages/Marion-Vidal/100519210026889?sk=info
… ou son website : http://www.marionvidal.com/

En espérant que vous vous « enjoyiez » sa nouvelle collection, je vous laisse…

Bon baiser, GSB

Vedette

[GSB fait sa valise pour l’été…]

Dernièrement, j’ai reçu pas mal de mails me demandant ce que j’allais glissé dans ma valise cet été et si j’allais suivre la tendance fluo. A ceux là, j’ai répondu que « non » car selon moi, c’est une « tendance » qui sera beaucoup trop suivi. Il n’y a qu’à voir le nombre de blogs qui en parlent pour vous dégoûter définitivement du STABILO

Faut il suivre les tendances pour bien s’habiller ?

Je me suis posée la question et j’ai trouvé la réponse il y a deux jours. En végétant sur Facebook, je suis tombée nez à nez avec une interview très intéressante de Treets Look sur DTone : un artiste touche à tout qui a grandi et vécu entre la Guadeloupe et Paris. A l’occasion de son exhibition « Style & Fashion », il dépoussière l’image désuète que l’on se fait des vitraux en s’inspirant de leur codes afin de nous offrir sur un plateau d’argent une leçon sur le style.

Ce qui m’a plu chez lui, c’est sa simplicité. Contrairement, à la plupart des gens, quand on lui a demandé de décrire son style, il n’a pas sorti une banalité comme « J’adore la Mode » mais « Je n’aime pas spécialement la Mode, j’aime le style« . Dans cette phrase, je me suis totalement reconnue car comme lui, je ne suis pas vraiment la Mode.

Pour moi, la Mode est une bible à laquelle on se réfère. Alors que le style, lui, est une des nombreuses interprétations de celle ci.

Je suis le genre de personne qui suit son instinct pour s’habiller. Qu’importe les tendances, tant que la tenue est bien portée : c’est ma philosophie. Si je devais donner une définition du style, je dirais que c’est cette capacité à faire vivre n’importe quel vêtement dans n’importe quelle circonstance…

 Bref revenons en aux vacances et ma valise…  J’ai décidé de jouer la carte zen en préparant une garde robe essentiellement à base de robes légères même si j’ai prévu d’emporter quelques short en jean taille haute ainsi que des débardeurs et tshirts nude. 

 Pas de prises de têtes, juste de bons basiques mixés avec les bons accessoires.

DRESSING

Zen, simple et coloré… Cette robe blanche illustre parfaitement l’esprit de la garde robe que je veux pour cet été.

Elle possède un design épuré qu’on peut facilement associer à un chignon bas de danseuse ou un chignon romantique dans lequel on ira glisser quelques fleurs tropicales pour habiller le visage en apportant une touche de couleur. Aung San Suu Kyi disait qu’en Birmanie, le maquillage d’une femme n’était jamais complet sans ajouter quelques fleurs dans les cheveux…

Si vous ne savez pas réaliser un chignon romantique, cliquez sur la photo pour lire les bons cosneils de Chachouroms… 

Niveau chaussures, je ne suis pas une adepte du plat donc j’ai choisi une sélection de chaussures majoritairement à talons exception faite pour les derbies Dieppa Restrepo.

 Bottines - NUNC

Bottines - NUNC

Commençons par ces bottines grises NUNC au style vieilli…  que je porterais avec le vernis ESSIE « vert d’eau » et cette robe violette COS. Le vert et le violet souligneront mon bronzage tandis que le haut talon des bottines allongera et affinera mes jambes exposées  par le coupe de la robe.

La paille sera un élément incontournable pour moi, cet été de même que le jean. J »ai donc craqué sur cette paire de compensés Minelli offrant stabilité et beauté que je porterais avec cette combishort APC en jean. Pour le vernis, j’ai choisi le vernis CHANEL « Orange fizz » pour contrebalancer avec la couleur des chaussures.  

Les Sappho heel de Robert Clergerie font partie de mes chaussures préférées car elles allient le confortable à l’élégance; ce qui me donne envie de parcourir la jungle parisienne… Je les porterais avec cette robe à rayures COS pour créer le décalage et mettre en valeur leurs allures rétro. Pour cette tenue, je conseille le vernis OPI « Rumple’s Wiggin’ « .

 Les derbies bicolores Dieppa sont mes coups de coeur de l’été ! Allure de dandy vintage qui vous replonge dans les années 20 où le Trio Matamoros vous faisaient vibrer dans les rues cubaines avec Mamá, son de la Loma… J’aime l’alliance du jaune avec le rose pastel et le noir des derbies qui réveille le bronzage. N’hésitez au niveau des couleurs car elles s’accordent avec tout !  

 Pour la plage, j’ai choisi ces nus pieds pratique Havaianas parce que j’en avais un peu marre des tongs…

Sandales Havaianas FIT sand grey/light golden

  

ACCESSOIRES

Je ne suis pas très accessoires mais j’aime beaucoup les colliers plastron de Marion Vidal (1) (3) et de Chic Alors (2) car ils habillent aisément une tshirt, un top ou un débardeur nude. J’aime les bijoux discrets qui se voient sans se voir. Une touche de couleur simplement…

BIKINIS

 J’ai choisi le maillot « BABACO » Vert Mania de Princesse Tamtam pour son jolie vert d’eau et pour son contour tressé qui le différencie des autres maillots de bain.

Pour le maillot de bain H&M, je l’ai choisi car il ressemblait étrangement à celui que j’avais chiné l’année dernière chez Emmaus pour son côté rétro qui vous replonge dans un bon vieil épisode des Dessous de Palm Beach

VERNITHEQUE 

De gauche à droite : Chanel « Orange Fizz », OPI « Rumple’s Wiggin’ « , Essie vert d’eau

J’ai décidé d’emporter ces trois vernis aux couleurs légères pour souligner mon bronzage…

SOINS & Co’

La valise est déjà lourde donc il faut aller à l’essentiel… 

 Ma chantilly au beurre de karité pour bien m’hydrater tout au long de la journée…

(cliquez sur l’image pour avoir la recette)

zoom1-44360

La crème de douche Mangue Passion de chez Yves Rocher pour avoir une odeur sucrée après la douche…

De l’huile de ricin pour fortifier mes cheveux et les soigner le soir

Gommage vegetal effet peau douce.

Le gommage végétal à l’abricot Yves Rocher pour faire durer mon bronzage le plus longtemps…

J’emporte toujours deux crèmes Neutrogena pour les pieds vu que je suis souvent en talons. Celle qui va me permettre d’avoir des beaux pieds dans mes sandales…

…et celle qui va les apaiser et les rafraîchir une fois que je me serai déchaussée.

 Pas de parfum mais une eau parfumante au Monoï de chez Yves Rocher

Voila, j’ai pensé à tout… enfin je crois. Si, j’ai oublié quelque chose, ne vous genez pas pour me le faire savoir car je suis un peu tête en l’air !

Ah si, en fait j’oubliais quelque chose ! Avant de finir je voudrais vous inciter à aller voir l’exposition de DTone car c’est un mec qui a vraiment beaucoup de talent. Si vous êtes intéressés par son travail, cliquez sur l’image et vous serez redirigez vers l’interview de Treets Look où vous pourrez trouver toutes les informations sur l’expo. ]

 Allez, je vous laisse vraiment cette fois,

Besos, GSB

Vedette

[Rendez vous en terre inconnue @t Boutique Maï Kimiko]

J’ai découvert la Boutique Maï Kimiko par un concours de circonstances..J’étais à la recherche d’une agence de voyage qui organisait des circuits en Asie quand je suis tombée sur une image assez séduisante de leur site. Curieuse, j’ai cliqué sur cette photo et derrière, je n’ai pas été déçu car j’ai découvert des gens solidaires et humains qui tentent d’aider des artisans à leur échelle. La Boutique Maï Kimiko, c’est aussi des destins qui se croisent, une connivence, une richesse de souvenirs et une invitation à l’entraide et au partage. 

« Aider à notre manière des villageois, appartenant bien souvent à des groupes de minorités ethniques vivant dans les montagnes, que nous a rencontrons sur notre chemin.
Ces populations vivant encore très pauvrement dans des contextes souvent difficiles, ils sont entre autres touchés par un taux élevé de mortalité infantile.
Bien loin de résoudre tous ces problèmes, Maï Kimiko veut simplement les aider dans leur quotidien en leur offrant des vêtements et des doudous pour les plus petits… »

La Boutique Maï Kimiko, c’est du commerce équitable mais c’est aussi un couple d’amoureux des voyages qui n’a pas froid aux yeux et qui s’aventure aux quatre coins de l’Asie afin d’assouvir leur passion pour les voyages et pour la mode ethnique.

« Nous partons au bout du monde, de la Chine à l’Asie du Sud-Est en passant par l’Indonésie, arpentons les mégalopoles comme Shanghai, Hong-Kong, Bangkok ou Saigon ainsi que des petits villages perdus dans les montagnes ou au bord du Mékong et les marchés à la recherche de petits créateurs d’Asie pleins de talents. »

Les deux amoureux nous offre une sélection de pièces originales parfois unique (sacs, vêtements, bijoux, objets de décorations, chapeau, etc.) qui sera contenter chacun d’entre vous, j’en suis certaine. Pour G.S.B, je me suis spécialement intéressée à leur sélection de sacs colorés offrant l’avantage d’être pratique et unique.

Relaxez vous, mettez en fond la BO d’In the Mood for Love et ouvrez bien les yeux…

Le sac tendance Flower, grand, coloré, pratique pour la ville et pour partir en vacances ou en week end car on peut le porter avec tout…

Le sac ecolo Rice Field, un joli sac 100% écologique à qui la Terre peut dire « merci ». Jean style Marilyn Monroe, chemisier léger et escarpins vintage pour compléter ce sac au look rétro.

La maxi pochette ethnique sera idéale avec une combinaison en jean style A.P.C et des jolies sandales en cuir couleur vert amande.

La besace vintage Lâap, cheveux au vent ou chignon loose, boucles d’oreille à plumes à la longueur infinie, robe longue et vous serez dans la tendance ethnique/chic de cet été.

Le sac créateur Bindi Thaï, enfilez votre short en jean ceinturé avec votre débardeur nude glissé à l’intérieur et chaussez votre paire de low boots IM ou vos nus pieds.Vous êtes prête à arpenter les rues…

 Le sac créateur Mae May saura très bien habiller un joli chemisier jaune moutarde avec un jean flare.

Je trouvais dommage de ne parler aussi de ces jolies petites pochettes signées par la créatrice Tawa-Mo qui les réalisent entièrement à la main… Mon coup de coeur !

La pochette cuir Kumkat

La pochette cuir Ethnique

 J’espère que cette sélection vous plaira et qu’elle vous donnera envie de voyager aussi avec la Boutique Maï Kimiko. Sur ce, je vous laisse car j’ai rendez vous avec mon pot de Haagen Dazs Cookies and Cream et Fight Club !

* Pour accéder aux articles qui vous plaisent, cliquez sur les images.

Besos, G.S.B

Vedette

[DIYs from Honestly…WTF]

Vous connaissez Honestly…WTF ? Non ? How come ?

Honestly…WTF, c’est LE site où vous devez aller shopper des idées si vous ne savez que faire de vos tennis blanches ou du filet de course de Granny ! Pour résumé, c’est une vrai caverne d’Aliba Baba pour celles qui aiment customiser ou créer !

DIY ou « Do it Yourself » ? Ça peut paraître un peu obscure comme terme au premier abord pour certaines mais si on traduit le mot en français, tout de suite, le brouillard se désépaissit… En français, ça donnerait « tuto » pour les connaisseuses ou « tutoriels » pour celles, qui comme moi, ne sont pas trop au courant des appellations du milieu… Pour faire plus simple, c’est une fiche technique qui vous explique comment réaliser des choses par vous même.

Maintenant, que j’ai récupéré tout le monde, passons au gros du gros, c’est à dire les deux DIY sur lesquels j’ai craqué.

Le premier est une version revisitée du filet de course de votre grand mère

Mon astuce : Pour réaliser ce sac, il vous faut deux mousquetons Camp Nano 23 que vous pouvez shopper sur Inuka, 8 séries de vis Chicago que vous pouvez trouver sur Decocuir et un filet à provisions achetable sur Boutique LPO.

et le second est un collier parure fait avec des anneaux en laiton et du fil en nylon fluo

 Mon astuce : Pour réaliser ce collier, j’ai utilisé : 3 anneaux de 25mm, 3 de 20mm, 4 de 15mm et 3 de 12mm que j’ai shoppé sur Le Comptoir des fées et pour le fil en nylon, vous pourrez en trouver facilement dans une mercerie.

Pourquoi j’ai choisi ces deux DIY ? Et bien, la première raison est que même si je ne suis pas une pro de la couture, j’ai réussi à le réaliser et la seconde est que j’ai toujours craqué sur ce sac casual et pratique sauf que je n’avais jamais osé le porter auparavant car il manquait selon moi, d’un petit quelque chose… Et la dernière raison qui m’a poussé à choisir ce DIY est que j’avais besoin d’un cabas pratique pour partir en vacances cet été.. Pour le collier, j’ai apprécié la facilité avec laquelle on peut réaliser un accessoire au design unique pour frimer au boulot sans se ruiner !

*Pour accéder aux fiches techniques imagées (en anglais), il suffit de cliquer sur les photos et vous serez directement rediriger vers les DIY.

« Oh.. mais il est sympa ton collier… C’est Marion Vidal ? Non, c’est fait maison.. »

En espérant que ma sélection de tutos vous plaisent, je vous dis « à vos ciseaux » pour de nouvelles aventures et ciao ciao, G.S.B

Vedette

Okaerinasai !

 » Thémaéようこそ » ou encore  » Bienvenue chez Thémaé »

Il est 21h15 et je ne suis toujours pas redescendue de mon petit nuage… Je me sens décontractée, désaltérée et revivifiée. Pourquoi ? Aujourd’hui, j’ai le bonheur d’utiliser le cadeau que l’ont m’a envoyé il y a peu : un soin chez Thémaé. Passer une heure et demie à vous faire dorloter et à ne pensez à rien et vous vous retrouverez à Okinawa…

Mon cadeau ne concernait qu’un massage du dos régénérant (1h – 96 euros) mais je me suis faite plaisir en m’offrant un petit bonus non négligeable, la cérémonie onsen ou le bain japonais, en complément.

Si vous souhaitez pratiquer ce genre de soin, je vous conseille d’éteindre votre téléphone, de prendre deux de vos copines sous le bras (plus on est de fous et plus on rit ?) et surtout de prendre une douche au préalable car le bain japonais n’est pas fait pour se laver mais pour se relaxer… Il serait quand même de mauvais goût que la vendeuse ait à vous apporter ce genre de précisions… Ça peut paraître logique pour la plupart d’entre nous mais si les vendeuses vous le précisent lors de la prise de votre rendez vous c’est que pour certaines l’évidence ne l’est pas. Refermons la parenthèse sur ces bons conseils et retournons à nos moutons…

… ce massage… Il n’y a pas à dire, je n’ai jamais été aussi heureuse de subir des étirements ! Mais pas n’importe lesquels, des étirement thaïlandais. Je fais la maline mais je ne saurais pas vous dire la différence entre les étirements conventionnels et les thaïlandais. Et à vrai dire, j’avais mieux faire… En parlant d’étirements, ça me rappelle mes cours de danse contemporaine où ma prof’ (étrangement japonaise, elle aussi) nous faisait vivre de réelles séances de torture avec ses étirements. Depuis, j’avais une sorte de soubresaut à chaque fois que quelqu’un prononçait ce mot… (Frissons…) Mais aujourd’hui, je me suis réconciliée avec le mot « étirement ». La masseuse était si douce et si délicate dans ces gestes que cette heure fut un réel moment de bonheur et non pas un « revival » des tortures du Marquis de Sade.

… ce bain japonais ou la cérémonie onsen… Comme un poisson dans l’eau ! Je suis entrée dans une eau chaude délicieusement parfumée et infusée de thé pendant que la jeune femme me massait délicatement le crane pour me permettre de me détendre totalement. Elle avait des doigts de fée… Ce fut tellement agréable, que je me suis assoupie… Et en me réveillant, c’était déjà fini… J’ai donc regardé la jeune femme avec un regard d’enfant qui réclamait un dernier tour de manège « Encore un tour ? » et à son petite sourire, j’ai compris que les attractions, malheureusement pour moi, étaient finis pour aujourd’hui…

Une fois changée, je règle le bonus (48euros) et je jette un oeil aux produits proposés. L’Inde, le Japon, la Chine… Une vraie évasion… J’ai donc décidé de poursuivre mon voyage un peu plus longtemps en leur prenant leur brume au thé enrichie au ginseng recommandé pour ses vertus tonifiantes et vivifiantes.

Le + : son prix tout doux, 19 euros.

Thémaé est un institut agréable, zen et apaisant qui vous permet d’oublier l’espace de quelques heures vos tracas. En revanche, ce n’est pas un luxe que l’on peut se permettre tous les jours car le prix minimum pour un soin est de 96 euros. Si on ne peut pas se le permettre tous les jours, cet institut reste un moment idéal à partager entre copines, avec votre chéri, avec vos soeurs ou avec votre maman. N’oubliez pas que la fête des mères approche à grand pas et qu’un petit soin fait toujours plaisir à une madre !

Pour plus d’informations…

Websitehttp://www.themae.fr/

Sur ce, je vous laisse… Bisous, bisous, G.S.B

Vedette

Ashwina Vadsaria signe à nouveau une collection prometteuse…

Quand je jette mon dévolu sur un créateur, je me trompe rarement sur l’évolution de son travail. La preuve en est avec Ashwina Vadsaria, cette créatrice que j’avais décris comme étant une femme en pleine ascension il y a quelques semaines, signe aujourd’hui sa nouvelle collection épurée, élégante et colorée. En quelques mots, tout ce qu’il vous faut cette été pour accessoiriser vos robes, vos débardeurs nude, vos bikinis et vos hauts fluides… Votre été ne pourra pas se faire sans une création d’A.V à votre poignée ou à votre cou.

Parlons « gri-gri »… A peine ai-je vu les trois premières photos de sa collection Spring/Summer qu’elle avait mis sur sa page Facebook en teasing, que je me suis empressée de lui envoyer un mail car j’étais frustrée de ne pas pouvoir en voir plus ! Je ne suis pas très bracelet en règle général mais j’ai été conquise par le bracelet gri-gri qui allie à la fois discrétion, élégance et couleur. C’est donc pour cela que j’ai décidé de rempiler et d’écrire à nouveau sur cette créatrice très prometteuse…

Allez, j’arrête de discuter et je vous présente, les chouchous de la dernière collection… De droite à gauche…

La bague MAMBA qui s’alliera à merveille avec le Lincoln Park after Dark, Bastille my Heart ou le MonSoon or Later. Existant en plusieurs couleurs vous pourrez trouver celle qui correspond le plus à votre teint.

Le collier gri-gri ou le sautoir météorite qui se porte idéalement avec un haut décolleté uni et un chignon loose pour un côté naturel/bohème. Ces sautoirs existent aussi en plusieurs couleurs donc pas de jalouses !

Le bracelet MAMBA et le bracelet gri-gri (mon coup de coeur) arborent les couleurs de l’été pour nous donner un avant gout des plages ensoleillées, du bikini et de la Pina colada auquel on pense déjà toutes…. Une fois toute bronzée, ces bracelets feront ressortir votre teint halé. De plus, une fois rentrée de vacances, vous pourrez toujours les regarder avec nostalgie pour vous rappeler le sable fin, la mer turquoise et les cocktails que vous buviez à peu d’heure près de votre bungalow….

Grrrrrrrrrrrrrrr, Ashwina, aie pitié de nous, il reste encore un mois et demi avant les vacances tout de même…

Bisous, bisous, GSB

Vedette

Who cares ?

Aujourd’hui, j’ai pris un day off pour lire et répondre à mes mails et j’ai eu la surprise de voir à quel point le poids pouvait être un sujet récurrent dans notre vie quotidienne… Le poids, le poids, le poids, elles n’avaient que ce mot à la bouche et il n’y a pas si longtemps, j’étais pareil…

« … je me sens grosse », Céline

« … je veux perdre du poids »,  Nina

Après avoir passé la pré-sélection d’un casting assez célèbre, j’ai voulu mettre toutes les chances de mon côté donc j’ai commencé à faire attention à mon poids en me pesant régulièrement et à faire un régime alors que je n’en avais nul besoin. Le jour du casting, je me suis réveillée avec la faim et j’ai réalisé que des matins comme celui ci deviendraient non pas une exception mais une habitude si je voulais rester le plus longtemps dans cette industrie… J’ai donc raccroché le combiné et je suis allée prendre un vrai petit déjeuner pour me redonner la force de croquer à nouveau la vie à pleine dent.

« … je veux faire un 34/36 », Maéva

« … je ne me sens pas bien dans ma peau »,  Laurine

« Tu n’aurais pas des idées de régimes par hasard ? », Sabine

Si il y a une chose que j’ai appris avec cette expérience, c’est que plus jamais je ne me laisserai influencer par ces diktats et que plus jamais je ne ferai de régime à moins que mes jours ne soient en danger.

Faire des régimes à répétition, se priver, se peser tous les jours ne sont pas les remèdes à votre mal. Votre mal est bien plus profond. Regarder vous avec vos yeux, avec ceux de vos amis ou avec ceux de votre chéri et vous verrez à quel point vous êtes jolie. Un régime n’est pas la solution à tout. Il faut apprendre à s’aimer qu’importe votre taille, vos mensurations ou votre poids. Car qui se fiche de savoir si vous faites un 40 ou 44 si vous vous sentez bien dans vos stilettos ? Qui a dit que pour être belle, il fallait faire un 34 ou 36 ? Qui ? Les couturiers ? Je vous en pris n’oubliez pas qu’ils vivent grâce à nous… Ne vous souciez pas de leur vision de la femme qui selon moi est souvent réductrice et vivez votre vie et la mode comme vous en avez envie car détrompez vous, ce n’est pas le vêtement qui vous habillera mais vous qui lui donnerez de la vie.

Et pour celles qui ne sont toujours pas convaincues, le seul « régime » que je vous conseillerais est de manger varié et équilibré en incorporant le maximum de fruits et légumes. Le sport est aussi un élément important pour avoir un corps sain et en bonne santé. Depuis que je suis ce « régime », je n’ai jamais été aussi bien de ma vie dans mes escarpins…

My name is Delphine, I love my curves and I’m proud of myself so if you have a problem with that, kiss my well-rounded ass !

And you, Girls, are you proud of yourself ? That is THE question you should answer before thinking about going on a diet or anything else…

Besitos, GSB

Vedette

Couleur Café

« J’aime ta couleur café
Tes cheveux café
Ta gorge café
J’aime quand pour moi tu danses
Alors j’entends murmurer
Tous tes bracelets
Jolis bracelets
A tes pieds ils se balancent
Couleur café
Que j’aime ta couleur café… »

by Serge Gainsbourg

Gainsbourg comme Baudelaire ont été fasciné par la beauté de la femme noire. Quand Baudelaire s’évadait en elle , Gainsbourg, lui se laissait bien volontiers envoûter par le bruit de ses bracelets et perdre dans la marre de son café…

« Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encore tout fatigués par la vague marine… »

by Baudelaire

Si je vous parle de tout ça aujourd’hui, c’est pour vous parler d’une de mes découvertes du moment : Allo ici Sab.
Une créatrice qui fait des pins, des pochettes et des sacs à mains. Quoi de plus ordinaire, vous me direz ?
Détrompez vous ! Si je vous en parle, c’est parce qu’elle a su attirer mon attention avec sa collection Wax.

Ouvrons tout d’abord le Wax pour les nuls

Le wax ou plus communément tissu africain est un tissu en coton imprimé servant à la confection de vêtements ou accessoires.

Maintenant que tout le monde est remonté dans le wagon, il est temps de découvrir ma sélection chez Allo Ici Sab.

Une porte monnaie qui apportera bien volontiers une touche d’exotisme à votre cabas cette été…
Prix : 16 euros

Deux pochettes pour donner un petit coup de fouet à une robe de couleur uni et une paire de sandales en bois !
Prix à l’unité, 25 euros

Un sac pratique et coloré que l’on pourra porter avec un short en jean, un t-shirt légérèment transparent et nos fameux sabots en bois…
Prix : 45 euros

Et de un !

Et de deux !

Et de trois ! Un petit miroir de poche coloré et pratique que vous pourrez glisser dans votre pochette. De plus, l’imprimé ethnique vous placera totalement dans la tendance du moment !

Pour plus d’informations…

Facebookhttps://www.facebook.com/pages/Les-jolies-cr%C3%A9ations-dAllo-ici-Sab/135920743112633

Site webhttp://www.alloicisab.com/

Bien à vous, bises, GSB

Vedette

Bref, j’ai fouiné sur l’Avant Gardiste.com…

Today, I am so nostalgic and happy because I just made a huge discovery on Facebook ! 

En regardant les suggestions de pages, je suis tombée nez à nez avec celle de l’Avant Gardiste, un concept store qui propose des vêtements homme & femme, des accessoires et un florilège de produits made in USA.

Si comme moi, vous venez d’un pays ou d’une île anglophone et que vous vous sentez seul sans votre pot de Fluff Marshmallow, vos Skittles Blenders, vos NERDS ou vos Lip Smacker, you don’t need to be sad anymore… Everything is gonna be fine since we have A.G now !

L’Avant Gardiste possède tous ces produits et les livrent même chez vous pour votre plus grand plaisir !

De plus, si vous êtes un adepte des gadgets, un accro des soirées We are the 90’s et un mordu des années 80-90 comme Mr N‘, vous allez tout de suite adopter ce concept store qui propose aussi des objets insolites reflétant une époque révolue que beaucoup apprécient encore aujourd’hui.

Les prix sont abordables et  il est possible de faire des cadeaux sympas et ludiques à moindre coût.

Voici la sélection des objets qui ont fait chavirer mon coeur rien que pour le meilleur…

Voici des hauts parleurs en forme d’escarpins rouges qui vous donneront le vertige…

Prix : 35 euros

« You shot me down, bang bang… » Le pistolet à ketchup qui saura bien faire rire vos amis !

Prix : 18 euros

Ce tampon, c’est mon coup de coeur ! Un must have ! Quand je pars le matin, j’aime l’utiliser pour signer les ptits mots que je laisse à mon chéri sur la table du salon. Succès assuré !

Prix : 8 euros 

Je craque totalement devant ce téléphone vintage qui me rappelle les séries du type Chapeau melon et bottes de cuir…

Prix : 49 euros

Étrangement, ce décapsuleur PSSHH me rappelle la pub Schweppes avec Uma Thurman… Mais oui, vous savez  » Sorry Uma, but you mean sex ? No, Schweppes ! « . Le petit cadeau que vous pouvez offrir à votre chéri juste parce que ça vous fait plaisir de le faire sourire.

Prix : 11 euros

Le joli geste écolo’ made by A.G. Il existe différents parfums.

Prix : 15 euros

Say « Grrrrrrrrrrrrrrrr » ! L’appareil photo version safari by A.G

Prix :  89 euros

You ordered a soft drink ? Déclinaison de la collection « soft drinks » des baumes Lip Smacker. Une odeur gourmande et différents parfums.

Prix : 16 euros

Enfin les NERDS version familial pour notre plus grand plaisir !

Prix : 3.90 euros

La Game Boy fait son grand come back avec cette coque pour Iphone 4 !

Prix : 10 euros

Avec ces tampons, vous aurez enfin la possibilité de disliker certains statuts embarrassants…

Prix :  14 euros

Envie d’un revival de Lolita ?

Prix : 16 euros

Come on, it’s just a joke !

Prix : 17 euros

Une chose est sûre, les petites berlinoises de  » We make the cake  » ont le sens de l’humour et elles le prouvent avec cette housse d’ordinateur vraiment sympatoche !

Prix : 49 euros

Il faut toujours garder le meilleur pour la fin… Rassurez vous, je ne vous priverai pas de cet honneur aujourd’hui ! Le marshmallow en pot ! Yummy yummy as we said in the US !

Prix pour un aller-retour au Paradis : 3.50 euros !

Pour plus d’informations…

Facebook :  https://www.facebook.com/lavantgardiste

Website : http://www.lavantgardiste.com/

Allez, je vous laisse, je dois aller passer ma commande !

Bisous, bisous, GSB

Vedette

Green Smoothie, info ou intox ?

IMG_6154-1
Pour celles et ceux qui ne seraient pas au courant de son existence et bien c’est un smoothie à base de fruits (60%) et de légumes (40%). Mais pas n’importe quel légume, des feuillus !

Je sais, ça peut paraître un peu étrange ou flou pour certains alors nous allons réviser cela ensemble !
Dans la famille des feuillus, je voudrais…
Le chou frisé, le persil, les épinards, le cèleri, la menthe, la mâche, la roquette, etc.
Cela doit être un peu plus clair maintenant que tout le monde est remonté dans le wagon.
Alors continuons notre découverte du Green Smoothie.
On le prépare comment ?
Rien de plus simple ! Il vous fait un mixer, c’est la base. Mais avant ça, il va falloir faire quelques petites emplettes chez votre primeur, alors sortez vos Iphone pour les plus modernes et pour les puristes comme moi, le crayon et le papier :
– Un peu de jus de pomme
Personnellement, je l’achète chez la Vie Claire car il n’y a pas de sucre ajouté et on sent vraiment bien l’acidité et le gout de la pomme
(ou si vous avez une centrifugeuse, le jus de trois pommes)
 – 1 avocat
– 2 grosses poignées de mâche
 – 1 dizaine de feuilles de menthe fraîche
– 1 ou 2 tasses d’eau
Je ne mets pas d’eau mais si vous n’aimez les smoothies trop épais, faites à votre guise.
Les bienfaits de cette potion ?
Elle entretient la vitalité et renforcent votre système immunitaire.
De plus, elle permet de lutter contre les effets néfastes d’une alimentation dit industrielle (prise de poids, boutons et fatigue).
C’est à dire les plats tout faits ou les aliments pleins de conservateurs et d’additifs.
C’est une bulle d’air qui permet de nettoyer votre intérieur.
Alors Green Smoothie, info ou intox ?
A vous de me le dire !
GSB
Vedette

Pause cochonaille chez l’Ami Jean !

J’ai envie de parler d’un domaine que j’affectionne tout particulièrement : la gastronomie.

C’est une passion, un savoir qui m’a été transmis par mon père et que depuis je tente de partager avec celle que j’aime ainsi qu’avec mes amis.

Ayant parcouru le marathon culinaire parisien, j’ai eu l’occasion d’emmagasiner plusieurs adresses que l’on pourrait qualifier de “bons plans”.

Qu’est ce qu’un “bon plan” ?
On le définir en 3 points :
– le travail autour d’un produit
– le lieu
– le service

Le travail autour d’un produit est le critère primordial pour moi. Car si la cuisine peut être considérée comme un art, dans une ville remplie d’artistes, il est bien difficile de se démarquer. Pour surprendre nos papilles, il ne suffit plus d’être bon, il faut aussi faire preuve d’originalité dans la présentation, dans les saveurs et dans le choix des produits.
C’est ce détail qui fera la différence et nous donnera l’envie ou non de le partager autour de nous et d’y retourner dès que l’on aura passer le pas de la porte.
Le lieu est aussi un critère important. Du cosy à la table rustique, tout est une affaire de mariage. Il faut pouvoir marier la cuisine que l’on propose avec l’atmosphère et le lieu. Vous ne vous verrez jamais servir des tripes à la mode de Caen dans un restaurant japonais. Sinon sortez immédiatement ! Comme je le disais, le lieu et la cuisine sont un mariage quelque peu complexe car le lieu est un quelque sorte le faire valoir de la cuisine d’un restaurant. Le lieu nous parle, nous raconte l’histoire de sa cuisine. Si il préfère le Boeuf Bourguignon aux Gyozas ou si il affectionne plus les lasagnes que le Maffe.
C’est un mélange d’esprit et de caractère.
Troisième et dernier critère, le personnel. Qu’ il est bon de se faire recevoir avec le sourire par une équipe passionnée, attentive et prête à vous conseiller selon vos spécificités culinaires.

Pour le choix des restaurants, je resterai fidèle à ces 3 points.

La première adresse qui me vient en tête est “Chez l’Ami Jean”, un restaurant situé rue Malard dans le 7ème arrondissement à quelques pas du Thoumieux (restaurant tenu par l’un des membres du Jury Top Chef, Jean François Piège). C’est selon moi l’un des meilleurs bons plans de Paris.
C’est une cuisine inventive, fine, pleines de saveurs reflétant la tradition française et son terroir. L’auteur de cette cuisine n’est plus à présenter, le chef Stéphane Jego.


Des produits classiques aux produits les plus rares, toutes les papilles y trouveront leur bonheur.
Le mignon de porc cuisiné aux amandes torréfiées avec de l’ail et du thym, pintade en fricassée, joue de porcelet acidulé de rhubarbe, Saint Jacques en coquille d automne…. Vous l’aurez compris, la cuisine est très franchouillarde, mais ce terme est à prendre dans son sens le plus noble.


Le lieu ressemble a un bistrot et l’ ambiance y est animée. Je ne ferai surement pas la renommée de ce restaurant avec mon article car c’est une adresse connue et très courue par nombre de gastronomes. L’ équipe est active, à l’ écoute, de très bons conseils et vous aidera volontiers à accorder au mieux les mets choisis avec les vins proposés à la carte.

Le petit plus, que je vous avoue affectionner, est d’arriver un peu en avance sur l’heure de réservation (réservation obligatoire) pour m’installer à l’extérieur autour de la petite table haute afin de déguster leur jambon de truie tranché avec lequel on pourra vous servir un vin qui s’y alliera à merveille. Vous l’ aurez compris, rien de mieux avant de passer a table !

A vos fourchettes !

GSB